Conseils pour voyager écolo

Thinkstock / RomoloTavani

C'est un fait, il y a de plus en plus de voyageurs dans le monde d'année en année. Ils étaient 700 millions en 2000, sont plus d'un milliard aujourd'hui et on devrait atteindre les 1,6 milliards en 2020. Autant dire que tout ça a des conséquences sur l'environnement, qu'il s'agisse des transports ou bien du tourisme en tant que tel.

On ne fait pas toujours attention à nos modes de transport, à nos gestes quand nous voyageons. Pourtant il suffit parfois de changer notre attitude, nos habitudes... Voici quelques réflexes et règles de base pour être écolo en voyage.

Privilégiez les modes de transports les moins polluants autant que possible. C'est évident que certaines destinations lointaines vous obligent à prendre l'avion, mais si vous avez le choix entre le train et l'avion, prenez la première option.

Voici un exemple d'émission de CO₂ par passager sur le trajet Paris-Madrid:

AVION: 409.52 kg eq. CO₂
VOITURE: 162.38 kg eq. CO₂ (avec 2 passagers)
AUTOCAR: 50.71 kg eq. CO₂
TRAIN: 47.57 kg eq. CO₂

femme, globe terrestre gonflable

Préservez l'environnement, les écosystèmes dans lesquels vous évoluerez ainsi que le patrimoine culturel. Attention de ne pas marcher sur les zones fragiles ou de détériorer les monuments en y gravant votre nom par exemple.

Éviter de gaspiller la nourriture du petit déjeuner et l'eau dans les hôtels. Ce n'est pas parce que c'est compris dans le prix que ce n'est pas du gâchis. Pas la peine non plus d'utiliser toutes les serviettes de votre chambre tous les jours. Une serviette peut servir plusieurs fois. Ne demandez pas un nettoyage systématique de votre chambre dans les endroits où les salariés sont peu ménagés.

Ne laissez pas de traces. Apprenez à gérer vos déchets en ayant avec vous un sac-poubelle par exemple pour les randonnées.

Quand vous êtes dans des endroits où il y a des animaux sauvages, ne les nourrissez surtout pas, vous ne leur feriez paradoxalement pas du tout du bien. Nourrir un singe par exemple les rend voleurs et engendre de sérieux problèmes pour la population locale.

Même chose avec la pêche et la chasse. Ne le faites pas dans les zones interdites pour sauvegarder les espèces en voie de disparition.

Utilisez au maximum des produits non agressifs pour l'environnement (produits cosmétiques, lessives...). Il suffit parfois de se renseigner à l'achat pour faire un choix moins polluant.

Enfin, n'hésitez pas à répandre « la bonne parole écolo » auprès des voyageurs, engagez-vous dans des actions de protection de l'environnement.

Prochainement nous donnerons quelques conseils pour voyager équitable.

Source: www.globe-trotting.com

Vous aimerez aussi