Botswana : le secret le mieux gardé de l'Afrique australe

Rivière Chobe (ou Kwando) au Botswana en Afrique.

Thinkstock / muha04

Entre une nature sauvage généreuse et la gentillesse authentique de son peuple, entre le monde aquatique du delta de l’Okavango et les déserts grillés par le sel, le Botswana est un fascinant paradoxe. Avec 40 % de son territoire dédiés aux parcs nationaux et aux réserves naturelles, voici un pays préservé qui joue la carte d’un écotourisme de qualité.

 

Les sites incontournables

Le delta de l’Okavango

Dans le delta de l’Okavango, la Penhandle orientale forme un enchevêtrement de rivières, de lacs, d’îles et de surfaces boisées qui mérite bien le titre de « plus grand paradis naturel au monde ». Ici, la faune est d’une richesse infinie, avec des éléphants, rhinocéros, zèbres, buffles, gnous, girafes, koudous et autres hippotragues noirs (grande antilope). On découvre le delta en « mokoro », pirogue en bois ou en aluminium. Ce moyen de transport traditionnel est idéal pour partir observer les crocodiles et les hippopotames, les milliers d’oiseaux, ainsi qu’une flore luxuriante composée de papyrus et de nénuphars.

La réserve de Moremi

Moremi est la plus ancienne réserve naturelle du Botswana. Elle présente des paysages contrastés avec des savanes, forêts, plaines inondées et lagons. Elle est renommée pour abriter la plus grande concentration animale de tout le delta (léopards, lions, chacals, lycaons, servals, éléphants, etc.).

Le parc national de Chobe ou l’eldorado des éléphants

Le parc national de Chobe est réputé pour être l’eldorado des éléphants. Près de 60 000 d'entre eux y vivent en effet, ce qui constitue la plus importante population homogène de cette espèce dans le monde. Le parc est aussi un refuge pour les buffles, les hippopotames et les antilopes. Et, avec plus de 440 espèces d’oiseaux, c’est encore une destination incontournable pour les ornithologues.

éléphant

Les Tsodilo Hills, un livre ouvert

Ce site, inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO, est constitué de quatre formations rocheuses. Ce « Louvre du désert », situé à la bordure nord-ouest du Kalahari, expose 4 000 peintures et dessins rupestres.

Les déserts salins

Il y a 200 000 ans, les Makgadikgadi Pans, ces cuvettes de sel éclatantes de blancheur, étaient recouvertes par l’un des plus grands lacs d’Afrique qui s’est peu à peu asséché. On trouve, à l’emplacement des anciens rivages, des vestiges archéologiques d’un peuplement très ancien. Remarquables : Kubu Island et le baobab de Chapman découvert par David Livingstone.

La réserve du Kalahari Central

Avec ses 53 000 km2 de savane et de paysages semi-désertiques, c’est l'un des cinq plus grands sites naturels protégés au monde. Avec ses immensités peuplées de fauves et ses couchers de soleil sublimes, le Kalahari est une terre d’aventures comme nulle part ailleurs. Là, entre ravitaillements, réserves suffisantes et véhicule 4 x 4 muni d’un GPS, il faut penser à tout!

Botswana, parc, réserve

Le saviez-vous?

Diamants

La richesse du Botswana repose sur des gisements immenses de diamants bruts. À Iwaneng (100 km à l’ouest de Gaborone), il est possible de visiter la plus grande mine de diamants de la planète (sur réservation).

Terres ancestrales

Le Botswana est l’un des berceaux de l’humanité. Les Tswanas constituent le principal groupe ethnique. Le Kalahari Central est la terre des Sans qui y vivent depuis 25 000 ans. On peut voir comment vivent aujourd’hui ces aborigènes en visitant les villages de New Xade, Kuru, D’kar ou Ghanzi.

Les coups de cœur

  • Le survol du delta de l’Okavango en avion procure des sensations inoubliables.
  • Une excursion aux chutes Victoria à partir de Kasane (70 km).
  • Le parc national des Nxai Pans et ses cuvettes salines créées par l’assèchement du lac préhistorique de Makgadikgadi.
  • Les baobabs millénaires de Baines dans le parc national des Nxai Pans.
  • Le musée des Tsodilo Hills.

À savoir avant de partir

La meilleure période : d'avril à septembre.

Quelques précautions : prendre un traitement antipaludéen, se protéger du soleil (chapeau) et de la réverbération du soleil sur les étendues de sel (lunettes de soleil).

N’oubliez pas d’emporter : des jumelles pour l’observation des animaux et de bonnes chaussures pour les safaris à pied.

Bum intéractif