Tout ce qu’il faut savoir avant de partir pour les Rocheuses

    Les Rocheuses canadiennes : avant d’y mettre les pieds, c’est difficile de s’imaginer à quel point cette région du monde est grandiose. J’oserais même dire que c’est certainement l’un des plus beaux terrains de jeux de notre planète! Et ce, sans devoir passer de douane ni calculer de taux de change. Nous avons beaucoup de chance que cet endroit soit situé dans notre propre pays et pourtant, les gens ont souvent tendance à vouloir visiter beaucoup d’autres destinations avant celle-ci.

    Si vous planifiez un voyage dans les Rocheuses, cet article ne se veut pas comme un guide touristique complet, mais plutôt comme un carnet de notes et de petits conseils que j’aurais aimé savoir avant de m’y rendre.

    Les distances

    Marie-Ève Laforte

    Difficile à croire mais les Rocheuses sont situées vraiment près d’une ville majeure, c’est-à-dire Calgary. On peut compter environ seulement 1 heure 15 (126 km) entre la métropole albertaine, située dans les Plaines verdoyantes et Banff, qui reste la destination la plus prisée de la région.

    Il y a 60 km entre Banff et Lake Louise par l’autoroute, soit 35 à 40 minutes. Pour se rendre jusqu’à Jasper à partir de Lake Louise, il faut emprunter une route plus petite et beaucoup plus escarpée, sur 230 km. Cette route, le Icefields Parkway, est probablement l’une des plus belles que vous verrez dans votre vie et vous voudrez certainement y faire quelques arrêts, par exemple au glacier Athabaska. On peut donc compter au moins 3 heures et probablement plus de 4 heures pour la traverser.

    Une fois à Jasper, il faut soit revenir vers le Sud par la même route, soit filer vers Edmonton, située à 365 km, ou environ 4 heures. Selon de nombreuses sources par contre, cette route n’a rien de vraiment intéressant ou particulier.

    La faune 

    C’est une des parties les plus magiques du voyage : les animaux sauvages sont partout –pas seulement dans les livres! Durant notre séjour, nous avons vu plusieurs ours noirs (aucune rencontre du mythique grizzli), dont une mère et son bébé, des chevreuils, des wapitis, des renards, des chèvres de montagne et de nombreux « bighorns », une sorte de bouc assez impressionnant mais inoffensif.

    La possibilité de croiser un ours en randonnée (ou dans les campings, etc.) est réelle et c’est pourquoi il est fortement conseillé de se munir de « bear spray » (un répulsif), de sifflets et/ou et clochettes. 

    À ne pas faire si vous croisez un ours sur la route, comme nous l’avons malheureusement vu à quelques reprises : sortir de l’auto et lui tirer de la nourriture pour essayer de le prendre en photo le plus près possible. #lesgens

    La température

    Même l’été, il fait frais, voire froid dans les Rocheuses. À la fin juin, nous avons pu voir tomber de la petite neige à deux reprises et nous avons parfois regretté de ne pas avoir apporté de mitaines. Des vêtements chauds et des « couches » superposées sont donc importantes; apportez plus de vêtements d’automne/d’hiver légers et moins de « linge d’été » que vous croyez en avoir besoin. 

    Canmore

    Située juste à l’entrée des Rocheuses, cette petite ville est la première que vous traverserez, à moins d’une heure de Calgary. Contrairement à toutes les autres agglomérations des Rocheuses (Banff, Lake Louise, Jasper), qui ne sont pas des endroits qui se sont développés de manière organique mais bien des points de service reliés aux parcs nationaux, Canmore existait avant, puisqu’elle abritait une mine de charbon. Elle s’est aujourd’hui recyclée avec l’industrie touristique et demeure un peu un « secret bien gardé » dans la région, puisqu’on ne pense pas nécessairement à prime abord la visiter.

    Par contre, un arrêt ne vous décevra certainement pas, puisqu’elle propose un charmant petit centre-ville rempli de boutiques et de restos dans lesquels on a envie de flâner un peu. Elle offre également la proximité de plusieurs montagnes (les Trois sœurs, par exemple) et beaucoup de randonnées intéressantes (ainsi que du ski l’hiver!). Enfin, un habitant sur 5 y parle français. 

    Si vous n’aimez pas beaucoup les endroits très touristiques, vous devriez même envisager de loger à Canmore (plutôt qu’à Banff), qui demeure très accessible et procure une ambiance somme toute plus « authentique ».

    Banff

    Marie-Ève Laforte

    La ville est considérée comme le joyau des Rocheuses et pour cause! Elle est située au cœur des montagnes et offre une vue imprenable sur celles-ci, peu importe de quel côté on regarde. Randonnée, ski, vélo de montagne, camping, sources thermales, golf : le plein air est roi à Banff et il y a en a pour tous les goûts! Il s’agit de la plus importante agglomération de la région et on peut y trouver tous les services. 

    Il y a une navette gratuite qui fait le tour du coin et même des campings environnants pour emmener les gens en ville. Il faut payer, quelques dollars pour le retour et bien surveiller quel autobus prendre, puisqu’il y en a plus qu’un. Nos deux chauffeurs étaient québécois!

    Sa popularité est également un peu son inconvénient : c’est une ville vraiment touristique et ça semble difficile d’y trouver autre chose que des boutiques et restaurants qui desservent directement ce besoin. 

    Lake Louise

    Marie-Ève Laforte

    Oui, c’est aussi beau qu’on le voit en images! Et peut-être encore plus. Impossible de ne pas se rendre dans ce lieu mythique durant un séjour dans les Rocheuses. 

    Ce qu’il faut savoir : en haute saison touristique, il n’est MÊME PAS POSSIBLE de se rendre sur place avec son véhicule. Le lac est situé à flanc de montagne et offre très peu de places de stationnement, que ce soit pour les voitures ou les VRs. Il existe donc un stationnement incitatif situé à 10 km du village, qui offre une navette gratuite jusqu’au sommet et au lac. 

    Ne faites pas la même erreur que nous et n’essayez pas de vous en tirer quand même! Les agents de circulation vous laisseront probablement vous rendre jusqu’au sommet, mais vous retourneront ensuite vers l’autoroute sans possibilité d’arrêter et ce, après pas mal de temps perdu dans le trafic. C’est donc bien important de ne pas prendre de chance et de s’arrêter au stationnement incitatif. Le seul hic, c’est que la navette est disponible aux 30 minutes seulement, avec parfois une certaine attente avant d’être capable d’embarquer. 

    Ce qui pourrait donc être un « petit arrêt » spontané devient vraiment un projet de plusieurs heures pour se rendre et revenir du lac. Prévoyez-le en conséquence. Apportez de l’eau et des collations par exemple, parce qu’à part quelques boutiques touristiques (ainsi que le fameux hôtel ultra-luxueux de la chaîne Fairmount), il y a étonnamment peu de services au sommet. Le village de Lake Louise est quant à lui situé en bas de la montagne, à 4 km. 

    À faire après avoir longuement admiré le lac, les montagnes et le glacier situé en arrière-plan : grimpez dans un sentier de randonnée qui peut se rendre plus ou moins loin, selon le temps que vous avez. La végétation est magnifique (et ça sent bon comme un sapin de Noël), même si les hauts arbres ne permettent malheureusement pas de voir le lac en plongée. Il y a des sentiers d’équitation qui croisent les sentiers ainsi que des sympathiques « maisons de thé » plus loin sur le chemin. 

    Le Lac Moraine

    Marie-Ève Laforte

    Comparé aux plus de 15 000 personnes qui visitent Lake Louise chaque jour durant l’été (ce qui peut sembler peu mais est en fait énorme étant donné le côté exigu et éloigné du lieu), Moraine Lake reçoit un peu moins de touristes. Mais il y en a quand même beaucoup, surtout puisque le lac n’est accessible qu’à partir d’une seule petite route que l’on peut uniquement prendre près du sommet de Lake Louise. Ce qui fait qu’il y a trop de circulation et que pendant une bonne partie de la journée, la route est carrément fermée parce qu’il y n’y a plus de place. 

    Nous nous sommes également buté à un refus de passer en essayant d’y aller une première fois. Puis nous nous sommes fait conseiller d’y retourner en soirée, alors qu’il y a moins de monde. C’était une excellente idée, étant donné que le soleil se couche très tard en été et que le fameux « magic hour » prisé des photographes a donc lieu après 21:00, ce qui donne amplement de temps de clarté pour faire des clichés incroyables.

    Le lac est bien sûr magnifique : c’est celui qui a la couleur turquoise la plus prononcée (cette couleur particulière aux eaux des Rocheuses vient du fait que l’eau très pure arrive directement des glaciers et transporte de minuscules particules de poussière de roche, appelée « rock flour » en anglais) et que dire des Ten Peaks, les 10 (!) montagnes en succession qui se trouvent derrière? On peut aussi y faire de la randonnée et du canot, ou encore rester dans les petits chalets à louer situés autour (le rêve!)

    Mais pour l’expérience maximale, il faut grimper le « tas de roches » (Rockpile) pour voir le lac en perspective. C’est magique. Même en personne, c’est difficile de croire que c’est vrai.

    La route ferme en octobre et ouvre en mai (mais le lac, tout comme Lake Louise d’ailleurs, est habituellement gelé jusqu’au début juin). 

    Le Icefields Parkway

    Marie-Ève Laforte

    Traverser cette route sera probablement la quintessence du voyage, avec des exclamations sans fin. Les points de vue extraordinaires se succèdent les uns après les autres, alors il est préférable de prévoir suffisamment de temps pour la parcourir et faire différents arrêts. Quelques points d’intérêt : le Lac Bow, le Parker Ridge, le Glacier Skywalk, les chutes Athabaska, le lac Maligne…

    Si vous n’avez qu’un seul arrêt à faire par contre, il faut que ce soit le glacier! On peut s’y rendre en autobus à chenilles avec un tour guidé, ou encore s’approcher en empruntant une randonnée facile, mais très exposée aux éléments et à l’aspect complètement lunaire. Il y neige toute l’année.

    Jasper

    Marie-Ève Laforte

    Nous avions peine à imaginer dans quelle petite ville on allait arriver après avoir traversé cette route si spectaculaire mais également si… isolée. Pourtant, Jasper reste le coup de cœur absolu de ce voyage. Difficile de décrire l’atmosphère de cette agglomération nordique, mais disons qu’à notre arrivée, le cours de yoga dans le parc au centre-ville a tout de suite donné le ton. 

    Les maisons sont toutes charmantes et bien entretenues/superbement fleuries, les gens se déplacent à vélo ou à pied, tout le monde a l’air heureux, il y a plein de petits commerces sympathiques (dont une buanderie qui sert également le meilleur café en ville et où il fait vraiment bon passer du temps!), on sent qu’il y a vraiment un esprit de communauté, la vue est à couper le souffle peu importe où l’on regarde, il y a moins de touristes, l’offre de restos est meilleure…

    Pas étonnant que tant de gens y passent leur lune de miel, incluant peut-être le Prince Harry et Meghan Markle!

    Les autres parcs nationaux

    Les Rocheuses sont vraiment à cheval entre l’Alberta et la Colombie-Britannique : Lake Louise par exemple se trouve à seulement quelques kilomètres de la province voisine. Du côté du B.-C., il y a également d’incroyables découvertes à faire… Et c’est moins fréquenté que le pendant albertain.

    Marie-Ève Laforte

    Kootenay : Ce parc en forme de plume, situé autour d’une route qui traverse les montagnes pour rejoindre l’Alberta est également un vrai de coup de cœur. On y retrouve les gigantesques conifères qui font la renommée de la C.-B., des superbes rivières à l’eau très claire, de la randonnée pour tous les niveaux et beaucoup d’animaux… La petite ville de Radium Hot Springs et ses sources thermales, valent le détour. C’est le seul endroit au Canada où on peut voir à la fois des cactus et des glaciers!

    Yoho : Situé juste de l’autre côté de Lake Louise, ce petit parc est pourtant vraiment moins fréquenté! Élément insolite à voir : les tunnels en spirale, qui permettent aux trains de mieux traverser cet endroit, le plus escarpé de toute la ligne du Canadien Pacifique. 

    Glacier : Un parc très isolé, en haute montagne, qui fait le bonheur des amateurs de ski! Plusieurs sentiers de randonnée. La petite ville la plus proche, Golden, ne vaut pas vraiment le détour. Si vous devez faire un arrêt dans ce coin, il est préférable de poursuivre jusqu’à Revelstoke!

    Revelstoke : Le dernier parc avant de rejoindre « la civilisation », c’est également l’un des endroits préférés pour skier en Colombie-Britannique. Le village est tout à fait charmant, peuplé de passionnés de plein air, avec une communauté francophone bien établie.

    Voir également mon article complémentaire : Parcourir les Rocheuses en VR!


    Vous aimerez aussi:

    Alberta          Traverser le Canada en train
     
    5 conseils pour éloigner les ours en randonnée
    Mont Edith Cavell Ours en forêt