La première ville forêt au monde verra bientôt le jour en Chine

Ville forêt

Stefano Boeri

Dans la province de Guangxi, au Nord de la Chine, un projet architectural complètement inédit a été entrepris en 2016 : la ville forêt de Liuzhou. Cette ville écologique devrait être habitable dès l’an prochain et devrait, à terme, accueillir 30 000 personnes.

Stefano Boeri

Stefano Boeri

 

C’est la firme d’architecture italienne Stefano Boeri qui est en charge de cette ville forêt futuriste, dont le but est de contrer les problèmes de pollution extrêmes en Chine! Une fois complétée, la ville devrait abriter environ 1 million de plantes provenant de plus de 100 espèces différentes, incluant 40 000 arbres. Chaque année, ces derniers vont absorber 57 tonnes de monoxyde de carbone ainsi que divers polluants et produire non moins de 900 tonnes d’oxygène; la qualité de l’air est une préoccupation cruciale dans cette région industrielle de la Chine.

 

Stefano Boeri

 

Cette ville forêt sera auto-suffisante et basée sur des énergies renouvelables, incluant la géothermie pour le chauffage des bâtiments. Elle comportera non seulement des aires d’habitation mais également des espaces commerciaux et récréatifs, un hôpital ainsi que deux écoles. Située à flanc de montagne au nord de Liuzhou, la ville forêt sera reliée au centre-ville par un train électrique. 

 

Stefano Boeri

 

Ce qui la distingue par-dessus tout, c’est le fait que les arbres et autres végétaux ne sont pas simplement utilisés comme « décoration », mais font partie intégrante de la structure de la ville –à un tel point qu’il sera presque impossible de distinguer la ville de la campagne environnante vu des airs.

 

Stefano Boeri

 

« Pour la première fois dans le monde, un peuplement urbain novateur va combiner deux défis très présents dans la Chine actuelle… D’abord celui de l’auto-suffisance énergétique et de l’utilisation de l’énergie renouvelable, ainsi que celui d’augmenter la bio-diversité et de réduire la pollution de l’air dans les régions urbaines, » a expliqué l’architecte.

Marie-Ève Laforte
par Marie-Ève Laforte