En voyage avec Jeff Stinco de Simple Plan

Le groupe Simple Plan

Getty Images

Jeff Stinco est la guitare du groupe Simple Plan, ce groupe québécois qui connait un succès international et sillonne la planète à l'année longue. Entre deux tournées, et l'ouverture dans les prochains jours de son nouveau restaurant Laurea, le musicien a pris le temps de répondre à VoyageVoyage (Sympatico).

Êtes-vous un grand voyageur ?

J'adore les voyages, je voyage beaucoup, mais je ne dirais pas que je suis un grand voyageur non, je n'ai pas ça dans le sang. En plus, j'ai un très mauvais sens de l'orientation. Une fois je me suis carrément trompé de ville pendant une tournée aux États-Unis. J'avais mis le bon nom de ville dans le GPS, mais... pas le bon État! On a joué deux heures en retard ce soir-là.

Quel voyage vous a marqué ?

Après mon secondaire, je suis parti trois mois en Europe avec une amie. C'était un voyage incroyable, j'en garde des souvenirs magnifiques, comme ce concert de Ray Charles à Carcassonne, en France. Je lisais beaucoup de romans quand j'étais adolescent, et notamment des romans qui se passaient en Europe, alors faire ce voyage en Espagne, en Belgique, en Italie, c'était aussi voir les mêmes paysages que ceux qu'avaient vu les personnages des livres que je lisais. La littérature devenait réalité.

Vous arrivez à voyager souvent en dehors des tournées ?

Pour le plaisir une fois par an environ. Mon prochain voyage devrait être la Tunisie. Mon père est d'origine italienne, mais il est né en Tunisie et j'aimerais beaucoup aller là-bas pour voir où il est né, où il a grandi.

Quels autres voyages aimeriez-vous faire ?

Je rêve d'aller visiter le Machu Picchu, mais j'aimerais y accéder en faisant une randonnée de plusieurs jours. J'aime les défis et devoir escalader pour mériter ce site incroyable est une idée qui me plait beaucoup. Je suis toujours admiratif des gens qui réussissent le chemin de Compostelle par exemple. C'est tout une aventure.

Vous êtes plutôt farniente en vacances ou hyperactif ?

Je peux être farniente deux ou trois jours, mais c'est le maximum. Ensuite j'ai besoin de bouger, de faire quelque chose et surtout quelque chose de différent de ce que je fais habituellement. Ça peut être une randonnée, du vélo, peu importe, mais j'aime bouger et très paradoxalement, c'est très reposant pour l'esprit de faire quelque chose de différent !

Un souvenir de voyage désagréable ?

Mon voyage au Japon était loin d'être désagréable, mais je dois reconnaitre que ça a été un véritable choc culturel, un dépaysement total qui avait ses mauvais côtés. C'était très bruyant, je n'avais plus du tout de référence, à l'époque les stations de métro n'étaient pas encore traduites en Anglais. Il y avait un côté très oppressant, mais en même temps, c'était fascinant. À 4h du matin au centre-ville de Tokyo il y a énormément de gens dans les rues !

Vous êtes du genre à photographier vos voyages ?

Oui, j'ai même un appareil de type reflex que j'emporte avec moi. Sinon quand je fais un jogging, j'utilise mon cellulaire pour prendre quelques clichés. Un de mes plus beaux souvenirs c'était en Afrique du Sud, on assurait la première partie de Metallica. Il n'y avait que trois spectacles par semaine, alors on avait pas mal de temps pour découvrir le pays. Je me souviens d'un safari-photo dans la brousse absolument incroyable.

par David Nathan

Vous aimerez aussi