Tout sur le Parc National des Volcans à Big Island

Parc national des volcans à Big Island (Hawaii)

Marie-Ève Laforte

Un des plus grands attraits de Big Island, Hawaii et ce qui la différencie des autres îles, c’est bien sûr cette possibilité de pouvoir y côtoyer des volcans actifs! Une visite du Parc National des Volcans s’impose et il vaut vraiment la peine d’y consacrer plusieurs jours.

Information de base

 

A photo posted by Kaley Nelson (@kaleynelson) on


Le parc est accessible en tout temps, toute l’année. Les frais d’entrée sont de 20$ par voiture, valables pour 7 jours.

Pour se loger

Hilo est une excellente base pour accéder au parc; la charmante petite ville est située à 45 minutes. Dans le parc, il y a qu'un seul hôtel, le Volcano House, mais il y a de nombreuses petites auberges et maison à louer à proximité.

Il existe également 2 campings publics au sein du parc (un payant et un gratuit); la durée de séjour maximale y est de 7 jours.

Quoi apporter

N'hésitez pas à apporter des bouteilles d’eau réutilisables, qu’on peut remplir sur place – attention à la déshydratation, un risque de tous les instants en cette latitude. Emmenez aussi un réservoir plein d’essence car il n’y en a pas dans le parc.

Assurez-vous d'avoir de bonnes chaussures et des vêtements chauds pour le soir, parce qu’en altitude ça refroidit vite!


Choix de l'éditeur

 

Le volcan


Le volcan en question, c’est le Kilauea. Celui-ci est considéré comme l’un des volcans les plus actifs au monde (52 éruptions durant le 20e siècle seulement). Il comporte plusieurs cratères et fissures volcaniques qui s’étendent sur des dizaines de kilomètres.

Le parc met le mot volcans au pluriel, car il englobe également une partie du Mauna Loa, le plus gros volcan de Big Island et le plus étendu au monde. Par contre, celui-ci est semi-éteint (mais réserve sûrement encore des surprises) et beaucoup moins accessible / populaire que son petit frère le Kilauea!

Comme un volcan est par définition incontrôlable, il est difficile de prévoir les conditions et l’accès au parc à l’avance. Il vaut mieux s’informer une fois rendu à Hawaii, avant de se rendre au parc.

Depuis 1983, l’île s’est agrandie de 125 km carrés simplement à cause de l’action du volcan! Pour l'instant, il n'y a pas de coulée de lave s'échappant du cratère principal, seulement de la fumée rendant l'air lourd et souffré (on appelle ça le "vog"). On peut donc s'approcher d'assez près du caldera, le cratère principal. Mais ceci pourrait rapidement changer!

Être à proximité d’un volcan en activité, c’est une expérience très particulière. C’est un peu comme être le témoin privilégié de la genèse de notre planète. C’est fascinant, un peu inquiétant et ça remplit d’humilité. Voir de la roche liquide d’un côté et solide de l’autre, ça n’arrive pas souvent dans une vie!

Les sentiers de randonnée

Hawaii est reconnu comme un des endroits les plus intéressants au monde pour le hiking, et c’est en bonne partie à cause des sentiers du parc.

Il y a des randonnées de toutes les longueurs, pour tous les niveaux et pour tous les goûts. On passe d’anciennes forêts de fougères géantes à des champs de lave dévastés brûlés par le soleil, à travers la jungle et le désert. Certains sentiers font le tour du cratère, d’autres mènent à de nombreuses « trappes de ventilation » naturelle du volcan d’où émanent de la vapeur à forte odeur de souffre.

Crédit photo: Marie-Ève Laforte

Quelques-uns des sentiers à parcourir :

  • Ha‘akulamanu (Sulphur Banks). Boucle de 2 km. Il y a peu d'arbres à cet endroit, dû à la chaleur souterraine intense. Les minéraux contenus dans la vapeur volcanique qui s'échappe du sol colorent la roche en de magnifiques tons de jaune et de chartreuse.

  • Kilaeua Iki. Ce sentier de 6.4 km parcourt un lac de lave durcie, site de l'éruption de 1959 qui a complètement recouvert une vallée entière. Apparemment il a fallu des décennies avant que le sol se refroidisse et se solidifie en entier.

 

Crédit photo: Marie-Ève Laforte

  • Devastation Trail. Sentier de 1.6 km, qui se trouve à un endroit où la végétation a été complètement brûlée non pas par la lave mais plutôt par la cendre associée à l'éruption de 1959. Après tout ce temps, on peut voir la vie y revenir tranquillement.

Il y a également plusieurs sentiers pour les randonneurs plus sérieux, qui demandent plus d'une journée de marche.

Le tunnel de lave


L’île est parsemée de « lava tubes, » des tunnels de lave formés naturellement. Quand la lave en fusion se déplace, l’extérieur de la coulée finit par se refroidir et se solidifier, mais pas l’intérieur. Lorsque la coulée est terminée, ce phénomène géologique formes des cavernes naturelles, certaines assez grandes pour y entrer!

L’immense tunnel Thurston, aménagé à la fin d’un magnifique sentier dans la jungle tropicale, est un exemple très marquant!

Crater Rim Drive

Crédit photo: Marie-Ève Laforte

Comme son nom l’indique, cette route de 18 km fait le tour du cratère principal du volcan. Ou plutôt elle le faisait, car une certaine partie a été fermée définitivement pour cause d’activité volcanique!

C’est sur cette route que sont situés le Centre des visiteurs (un incontournable), le Volcano House ainsi que le Musée Jaggar, qui présente des séismographes en temps réel de l’activité du parc ainsi qu’une exposition sur les divinités hawaïennes (le Kilauea étant la demeure de Pele, la déesses des volcans).

Pour les gens qui n’ont pas beaucoup de temps, cette route offre un accès facile à de nombreux panoramas spectaculaires du volcan. Le Musée Jaggar est également LE point de rendez-vous pour voir le cratère la nuit (une expérience inoubliable).

Chain of Craters Road

Crédit photo: Marie-Ève Laforte

Le cœur de l’expérience volcanique, c’est cette route de 32 km, qui ne mène nulle part (il faut donc doubler la distance et rebrousser chemin). Autrefois, la route communiquait avec la région avoisinante, mais elle a été complètement ensevelie sous la lave depuis l’éruption constante d’un cratère secondaire du Kilauea depuis 1983.

Elle permet de voir différents cratères et de nombreux paysages quasi lunaires, plongeant jusqu’à l’océan.

Crédit photo: Marie-Ève Laforte

Aujourd’hui, un tronçon d'environ 14 km de la route est toujours fermé, et certains villages sont complètement disparus de la carte (comme Kalapana, en 1990).

Mais en 2014 la route a été sommairement réaménagée en gravier pour pouvoir être utilisée en cas d’urgence. Elle n’est pas accessible aux voitures mais permet de faire des randonnées faciles et mémorables! En ce moment, c’est l’endroit où il faut se rendre pour apercevoir de la lave en fusion.

Crédit photo: Marie-Ève Laforte

Lors de notre passage, celle-ci était bien visible de la route après environ 4 km de marche; certaines personnes quittent également la route pour s’en rapprocher en empruntant des champs de lave durcies.

À part en cas de danger important, les guides du parc permettent cette pratique, mais il faut savoir qu’elle n’est pas sans risque. Il n’y a pas de sentier pavé sur la lave, et celle-ci est à la fois friable, glissante et très coupante. La prudence est toujours de mise!

Découvrez maintenant 10 raisons de visiter (encore et encore!) Big Island.