Jordanie : Une mosaïque de couleurs

Le Trésor, dans la cité nabatéenne de Pétra en Jordanie.

Thinkstock / KlemenR

Imaginez! Toutes les couleurs de la création se sont donné rendez-vous en Jordanie. À la croisée des chemins entre le monde méditerranéen et l’Orient, la Jordanie s’est enrichie au fil des temps des civilisations nabatéenne, cananéenne, grecque, romaine, byzantine et arabe qui ont laissé leurs empreintes dans la pierre. Le désert a façonné l’âme des Bédouins et perpétué les traditions d’hospitalité : cérémonie du thé, café à la cardamome, formules de bienvenue. En Jordanie, plus que partout ailleurs, l’étranger est un hôte.

Les sites incontournables

Amman « la blanche »

Surnommée « la blanche » pour la couleur de ses maisons, Amman, la capitale de la Jordanie depuis 1921, est une ville moderne et très étendue qui offre quelques belles visites. Le théâtre au pied de la citadelle évoque le passé d’Amman à l’époque romaine. À voir : l'Odéon, le musée Archéologique de Jordanie et le musée du Folklore et des Traditions populaires.

Jérash, beauté romaine

Occupée depuis 6 500 ans, la ville de Jérash est l’une des villes principales de la Décapole romaine. Très bien conservés, les vestiges de cette cité antique sont ornés de rues pavées, de colonnades, d’une cathédrale, d’élégants théâtres, de fontaines et de thermes, de temples qui se détachent sur l’azur du ciel…

Ruines romaines, Jordanie

Les châteaux du désert

Ces châteaux sont de magnifiques exemples de l'architecture du début de l'ère islamique. Ce sont d’imposantes bâtisses fortifiées qui pouvaient servir de caravansérails, de résidences secondaires pour les califes omeyyades, de comptoirs commerciaux… Le raffinement des mosaïques et des fresques, les gravures dans la pierre sont de précieux témoins de l’art au VIIe siècle.

Petra « la rouge »

Fondée vers le VIe siècle avant Jésus-Christ, Petra était la capitale des Nabatéens qui sculptèrent à même les falaises de grès un ensemble de temples et de tombeaux d’une époustouflante beauté. Pour pénétrer dans la cité, on emprunte le « siq », une gorge étroite bordée de parois abruptes aux couleurs sidérantes. Puis, le « siq » débouche sur Al-Khazneh, « le Trésor » taillé dans le roc et, là, le choc esthétique est inévitable! Ne pas manquer les tombeaux royaux sculptés dans la paroi du djebel Khubtha et le monastère à la tombée du jour.

Wadi rum, saisissante beauté minérale

Au sud de Petra, l’eau, le temps et le vent ont façonné des paysages d’une inégalable splendeur. Un dédale de roches rouges, des parois verticales, des arches audacieuses, des canyons échancrés, ici, toute une féerie minérale célèbre l’imagination sans limites de la nature. Le Wadi Rum se découvre en véhicules 4x4 ou à dos de chameaux.

Chameau, Jordanie, désert

Le saviez-vous?

Histoire d’eaux!

Si vous souhaitez combiner la visite de la mer Morte à des séances de plongée sous-marine à Aqaba, il vaut mieux commencer par la mer Morte. Car si la plongée sous-marine vous occasionne quelques éraflures, le sel de la mer Morte les rappellera à votre bon souvenir!

Nom de nom

À l'époque gréco-romaine, Amman était connue sous le nom de Philadelphie, en l'honneur de l'empereur romain Ptolémée II Philadelphos. La ville était auparavant appelée Rabbath-Ammon, ce qui signifiait « la grande ville des Ammonites » ou bien « la grande dame », déesse du panthéon Ammonite.

Les coups de cœur

  • Découvrir les fonds marins de la mer Rouge à Aqaba.
  • L’église orthodoxe grecque Saint-Georges à Madaba.
  • La citadelle des Croisés à Kerak.
  • Le panorama du haut des 817 mètres du mont Nébo.
  • Prendre un bain de boue noire et se laisser flotter dans la mer Morte.

À savoir avant de partir

La meilleure période : le printemps et l'automne.

Quelques précautions : évitez de boire l'eau du robinet et pour les randonnées dans le désert, utilisez des pastilles purifiantes.

N’oubliez pas d’emporter : un chapeau, des lunettes de soleil, un baume pour les lèvres et, pour les yeux sensibles, un collyre.

Bum intéractif