Madagascar : l'île mosaïque

Lever du soleil sur l'avenue des baobabs de Madagascar.

javarman3 / Thinkstock

Grande île de l’océan Indien au parfum de vanille, séparée des côtes africaines par le canal du Mozambique, Madagascar est une terre pleine de contrastes, entre hauts plateaux, forêts, savane, brousse, rizières, mangroves et littoral. C’est le pays des baobabs et des lémuriens. Le peuple malgache puise ses racines et ses coutumes dans des siècles de migration venue d’Arabie, d’Afrique, d’Indonésie, de Chine et d’Occident. Et ce métissage, de la nature et des hommes, lui confère une singularité attachante à découvrir sans a priori.

Les sites incontournables

Antananarivo, l’ex-Tananarive

La capitale de Madagascar est une ancienne place forte bâtie sur une colline. La ville s’est étendue aux sommets et aux marécages avoisinants. De la ville « d’en haut » s’imbriquent des maisons aux toits colorés de camaïeux orangés reliées par des rues escarpées. Le cœur de la cité abrite le quartier des affaires et les hôtels chics comme le Colbert et le Carlton. Il faut flâner dans les rues commerçantes et s’aventurer dans les marchés à la rencontre des artisans et des vendeuses de vanille et de vétiver.

Nosy Be, l’île aux parfums

Petite île qui se rejoint par la mer au départ de Ankify ou par l’aéroport de Fascène, elle doit son nom aux plantations d’ylang-ylang, de vétiver, d’épices et de vanille. Abritée des vents et de la houle, elle offre de jolies plages de sable blanc ourlées par des eaux turquoise. Au large, une multitude d’îlots, dont Nosy Komba, l’île aux lémuriens, Nosy Fanihy pour les amateurs de plongée libre et Nosy Sakatia, l’île aux parfums et aux « patates » de coraux. Nosy Be dispose d’excellents hôtels sur ses plages, comme l’Amarina.

Antsiranana et sa superbe baie

À l’extrême nord de Madagascar, Antsiranana (Diego Suarez) est une ville portuaire très active. Célèbre pour sa baie, qui est la deuxième plus grande au monde après celle de Rio de Janeiro, et pour son pain de sucre plus modeste, elle regroupe d’importantes activités portuaires et de pêcheries. Port cosmopolite, le centre-ville mêle les maisons à colonnades aux façades rétro de demeures provinciales. La côte des Baies égrène une succession d’anses et de lagons et la plage de Ramena est un lieu très prisé des Antsiranais.

Le saviez-vous?

La déforestation

C’est le grand danger qu’encourt l’équilibre écologique de l’île. Les Malgaches pratiquent la déforestation dans les zones tropicales humides en brûlant la forêt afin de défricher et de planter du riz, le charbon de bois servant de combustible. Et, malgré les interdits, la coupe de bois précieux (ébène et bois de rose) se perpétue.

Le retournement des morts

Cette étrange coutume où se mêlent des rites ancestraux et chrétiens se pratique encore à l’intérieur du pays. Après quelques années d’ensevelissement, on déterre et on nettoie les ossements du défunt avant de les envelopper dans un nouveau linceul. Les anciens célèbrent la mémoire du mort entourés de toute sa parenté. Cette macabre cérémonie donne lieu à des réjouissances villageoises : on tue un zébu, on ripaille, on chante, on danse et on prie autour des restes qui seront de nouveau enterrés jusqu’à la prochaine fois.

Les coups de cœur

  • Les Tsingy de Bemaraha, impressionnant enchevêtrement de pics calcaires issu d’une étonnante formation géologique érodée depuis des millénaires.
  • La montagne d’Ambre, massif basaltique recouvert d’une forêt tropicale d’où jaillissent des torrents.
  • L’ancienne cité royale d’Ambohimanga où sont regroupés depuis le XIXe siècle les tombeaux des souverains malgaches.
  • Le Saha Forrest Camp, un lodge d’écotourisme très confortable dans la forêt d’Anjozorobe, projet piloté par la très active ONG Fanamby.
  • Menabe Antimena, pour la célèbre allée de baobabs.

À savoir avant de partir

La meilleure période : de mai à novembre (hiver austral), la période moins chaude. Nosy Be bénéficie d’un microclimat toute l’année, mais janvier et février sont à éviter.

Quelques précautions : pas de vaccins particuliers, mais se munir d’antidiarrhéiques, d’une trousse de pharmacie et suivre un traitement antipaludéen.

N’oubliez pas d’emporter : vos médicaments, des produits solaires, un vêtement pour se protéger de la pluie, une casquette, des jumelles, une lampe de poche et de solides chaussures de marche.

Bum intéractif