Pays de Galles : mythes, légendes et châteaux hantés

Château normand de Caerphilly au Pays de Galles.

Thinkstock / Alistair Gibbs

Les paysages spectaculaires du Pays de Galles, presqu'île dans le centre ouest de la Grande-Bretagne, ont inspiré de nombreuses légendes qui puisent leurs racines dans la tradition orale celte. Châteaux hantés enrubannés de brume, montagnes érodées, littoral océanique, lacs et campagne composent ici un cadre romanesque, où s’épanouit le fier caractère gallois.

Sur les traces du roi Arthur

Selon la légende, le roi Arthur et ses chevaliers reposeraient dans une grotte sous le château de Chepstow. Ne manquez pas d’emprunter les petites routes de campagne de la péninsule de Gower, jusqu’à Cefn Bryn où se trouve la pierre d’Arthur, une ancienne chambre funéraire. La légende relate encore aujourd'hui qu’Arthur a tué un géant nommé Rhitta sur le mont Snowdon et qu’un trésor serait enterré à Marchlyn Mawr près de Llanberis. Dans une vallée du Pembrokeshire, deux menhirs portent le nom de Meibon Arthur, ou « les fils d’Arthur ».

Et pour retrouver la trace de Merlin, rendez-vous au château de Dinefwr, où l’enchanteur communiait avec les esprits dans une grotte creusée dans la colline. Le village de Carmarthen s’honore d’être le lieu de naissance de Merlin.

Châteaux hantés : frissons garantis

Si les fantômes ne vous font pas peur, suivez le guide ! Le château normand de Caerphilly, érigé au XIIIsiècle, est le plus grand château médiéval du pays. Imaginez! Le charmant fantôme d’une dame verte hante toujours les tourelles, tandis que des spectres de soldats patrouillent sur les remparts. À Llancaiach Fawr, un musée d’histoire vivante revisite le passé jusqu’à l’an 1645. Au programme : vie quotidienne du temps jadis, récits étranges et visite à la lumière des bougies. Au château de Bodelwyddan, les manifestations hantées se succèdent, depuis le XVIIsiècle. On y a aperçu une gente dame en costume victorien, un soldat de la Première Guerre mondiale ainsi qu'une dame vêtue d’une robe bleue et d’une coiffe. Vous voilà prévenus! Et à l’auberge The Queen’s Head à Monmouth, de nombreux fantômes ont été signalés.

Ce n’est pas tout ! Dans les ruines du château de Gwrych, le fantôme d'une jeune fille a été photographié en février 2010, et on signale aussi que celui de sir Roland Rhys, accompagné de son singe, a visité le château de Carew dans le Pembrokeshire.

Un patrimoine culturel original

Un chœur gros comme ça!

Chez les Gallois, la tradition orale remonte au temps druidique. La reine Élisabeth Ire face à la prolifération des vagabonds chantants, institua de grandes réunions de bardes, chanteurs et ménestrels appelées « eisteddfodau ». Au Pays de Galles, la chorale est une affaire d’hommes, et le moindre village possède la sienne. Cette tradition est indissociable du monde des mineurs. On raconte que les premières chorales ont été créées par les pasteurs pour occuper les gars de la mine et leur éviter de traîner dans les pubs. Aujourd’hui encore, les chœurs sont essentiellement composés d’anciens mineurs, fils ou petits-fils de mineurs.

Mythes et légendes

Des corbeaux et un vase sacré

Les ruines du château de Dinas Bran, près de Llangollen, sont surnommées la forteresse des corbeaux. Ce site offre une vue panoramique de toute beauté. Selon certaines légendes, la forteresse aurait été construite par Bran, l'un des fils jumeaux de la reine Corwena. D’autres sources affirment que Bran était un nom de code pour qualifier le Saint-Graal. On dit même qu’il serait toujours là…

La création du lac Bala

Il était une fois une précieuse source, protégée des assauts du diable par des murs et une couverture. Une nuit, le garde oublia de mettre la couverture sur la source, et ses eaux se mirent à s’élever toutes seules et à passer par-dessus les murs... L’eau se déversa, si bien qu’elle forma un lac, qui engloutit rapidement la ville ancienne de Bala.

Une chaise facétieuse

Le village de Dolgellau est dominé par le mont de Cader Idris, qui doit son nom à un guerrier mythique. On dit que si l’on passe une nuit au sommet de la chaise d’Idris, on se réveille poète, ou fou… ou pas du tout.

Un saint perché

Llanddewi Brefi, près de Tregaron, est dominé par l’église Saint-David, perchée sur un tertre. La légende raconte que ce monticule serait miraculeusement apparu sous les pieds de saint David, lui permettant de dispenser la bonne parole.

Bum intéractif