Sainte-Lucie : une incroyable palette de couleurs

Arc-en-ciel vue de Sainte-Lucie dans les Caraïbes

dean perrus / Thinkstock

Indépendante depuis 1979, Sainte-Lucie fait partie de l’archipel des îles du Vent dans les Petites Antilles. Elle peut s’enorgueillir d’un passé chargé d’histoire depuis son occupation par les Amérindiens arawaks aux alentours de l’an 500 avant Jésus-Christ, puis par les Indiens caraïbes jusqu’à l’arrivée des Anglais et des Français, au XVIIe siècle, qui se la disputèrent pendant plus de 150 ans. Aujourd’hui, Sainte-Lucie est une terre pleine de contrastes harmonieux, héritière des cultures africaine, anglaise et française. Ses habitants vous réservent un accueil chaleureux avec cette joie de vivre innée qui s’exprime à tous les instants.

Les sites incontournables

Un patrimoine d’une grande diversité

Sainte-Lucie est à la fois une île vivante et animée, de jour comme de nuit (à Anse-la-Raye ou Gros-Îlet), et une terre préservée à la végétation luxuriante ponctuée de cascades et de lacs autour de son volcan. Ne manquez pas de visiter la réserve naturelle des Îlets Frégate, le parc naturel Pigeon Island et les jardins botaniques. Castries, capitale de l’île et port principal, tient son nom d’un Français, Charles Eugène Gabriel de La Croix, marquis de Castries, maréchal et ministre de la Marine du roi Louis XVI. À Castries, les monuments historiques de l’époque coloniale, dont la cathédrale, méritent le détour. Puis, parfait pour s’imprégner de culture créole, le Parc Créole de Fond Latisab est passionnant à explorer. Sachez encore que Sainte-Lucie dispose d’un hébergement de qualité entre hôtels de charme et établissements luxueux qui proposent des approches sophistiquées de la remise en forme en faisant appel aux ressources naturelles de l’île.

Une pléiade d’activités

Sainte-Lucie vous invite à vivre des moments inoubliables sur des plages bordées de lagons aux eaux translucides. À vous de choisir entre criques sauvages ou longues étendues de sable blanc propices à la pratique de tous les sports nautiques, comme la planche à voile à Cas-en-Bas ou à Vieux-Fort. À partir de l’anse Chastanet, vous pourrez aussi partir explorer une réserve naturelle où la faune et la flore sont spectaculaires à l’intérieur de ses grottes sous-marines. Quant à la forêt pluviale humide, elle abrite des oiseaux, comme les perroquets ou les colibris, et des plantes rares. C’est un endroit magique pour faire des randonnées au coeur de paysages envoûtants et d’une étrange végétation tropicale aux couleurs exubérantes. Sainte-Lucie est encore idéale pour partir en catamaran vers les Grenadines et la Dominique ou, tout au long de l’année, observer les baleines et les dauphins.

paysage, Sainte-Lucie

Le saviez-vous?

Les deux Pitons

Île montagneuse, Sainte-Lucie est dominée par deux Pitons, colossaux vestiges arrogants d’un ancien volcan, qui se dressent telles deux pyramides au-dessus du littoral.

Vous avez dit « patwa »?

Si l’anglais est la langue administrative, le « patwa » ou patois appelé aussi « kweyol » ou créole est parlé par 75 % des Saint-Luciens. Proche du créole martiniquais, c’est un mélange lexical de français et de dialectes d’Afrique de l’Ouest importé par les esclaves travaillant sur les plantations de cannes à sucre.

Les coups de cœur

  • À Castries, le marché de Jeremie Street.
  • Les sites de plongée sous-marine comme Anse Chastanet, Anse-la-Raye et Coral Gardens.
  • Le Saint-Lucia Golf & Country Club avec son parcours 18 trous accroché aux collines du Cap Estate.
  • Le sentier de randonnée Enbas Saut.
  • La découverte des villages de pêcheurs.

À savoir avant de partir

La meilleure période : de janvier à mai (la saison sèche).

À retenir : ne pas pêcher ou acheter du corail. Il est classé espèce protégée et interdit d’exportation.

N’oubliez pas d’emporter : vos médicaments et une pharmacie classique aux pays tropicaux (antidiarrhéiques et antimoustiques). Prévoir de bonnes chaussures pour les randonnées en forêt et en montagne.

Bum intéractif