Tunisie : magie des oasis, beauté de la Méditerranée

Le Ksar Ouled Soltane au sud-est de Tataouine en Tunisie.

Thinkstock / Dark_Eni

Un envoûtant océan de sable et des oasis posées comme des jardins sur l’immensité des dunes, la Méditerranée qui combine à l’envie plaisirs et douceur de vivre, voilà le fabuleux décor qu’offre le Sud tunisien. Suivez le guide pour une découverte rythmée de rencontres avec des hommes et des femmes authentiques, toujours enclins à vous faire partager leurs traditions et leurs coutumes.

Autour de Tozeur, la capitale des palmeraies

Avec ses maisons aux briques ocre artistiquement agencées en motifs géométriques, Tozeur dévoile l’une des plus importantes palmeraies de Tunisie. La vieille ville est restée comme au temps jadis et offre de belles balades dans les ruelles du quartier Ouled-el-Hadef. On y découvre un musée des Arts et Traditions populaires et le musée Dar Cheraït qui expose des objets anciens, des armes, des costumes… Nefta, considérée comme la ville sainte du désert, est un haut lieu du soufisme. Elle abrite vingt mosquées et dans sa surprenante « corbeille » poussent 400 000 palmiers qui produisent de succulentes dattes. À Ounk Jemel, les fans de George Lucas apprécieront les décors du tournage du film La Guerre des Étoiles. Et puis Midès est un beau village accroché en haut d’un plateau et surmonté d’une ancienne forteresse berbère, avec une vue grandiose sur les gorges.

Le Chott El Djérid, le désert de sel

Situé entre Nafta et El Hamma, le Chott El Djérid est un immense lac asséché dont la surface est constituée de cristaux de sel. Les mirages forment de fantasques paysages sur cette étendue salée d’une blancheur aveuglante. Lorsqu’il pleut, le chott devient une sorte de mer intérieure semblant rendre la vie à cet univers minéral.

Lac de sel, Chott El Djérid, Tunisie

Douz, la porte du désert

C’est ici que commencent les dunes du Grand Erg oriental saharien. Douz est le point de départ des méharées et des safaris en 4x4. C’est aussi un important marché régional. On y trouve un bel artisanat de peaux de dromadaires, des bijoux berbères et des éleveurs de slougui, ce beau lévrier du désert. Le musée Ethnographique présente les traditions des villages du Nefzaoua, tandis que le Festival international du Sahara honore les cérémonies traditionnelles des tribus du désert : fantasias, mariages, combats de dromadaires, chasse au lévrier… Aux environs, la ville troglodytique de Matmata ordonne ses maisons autour d’une cour à ciel ouvert à laquelle on accède par un escalier à flanc de colline.

Tataouine, au pays des ksour

À 50 km de la Méditerranée, Tataouine est une cité commerçante. Ici les activités varient de l’agriculture au commerce, de l’élevage à l’artisanat. On y pratique le tissage du tapis mergoum du burnous ce manteau en pure laine avec capuchon porté par les hommes, la fabrication de la balgha légère babouche en peau de dromadaire. Tataouine est le point de départ des circuits vers les ksour. Ne pas manquer Ksar Haddada, Ksar Ouled Dabbad, Ksar Ouled Soltane, Ksar El Ferch, Ksar Maztouria et Ksar Ezzahara. Au passage, admirez les beaux villages de Médenine, Douiret, Guermassa ou Chenini. Et surtout, goûtez à la spécialité locale, la corne de gazelle!

Les oasis maritimes

Entre Oudhref et Zarzis, le littoral de la Petite Syrte présente une succession de palmeraies qui sont autant d’oasis verdoyantes où il fait bon vivre tout en découvrant les coutumes et traditions locales. Toutes ses oasis ont leurs charmes : Gabès, l’ancienne Tacapa romaine, pour ses souks de Jara (henné, vannerie, bijoux…), Mareth et son musée de la Seconde Guerre mondiale commémorant l’affrontement entre l’Anglais Montgomery et l’Allemand Rommel, El Hamma, célèbre pour ses eaux thermales sulfureuses, et enfin Zarzis, face à Djerba, la station balnéaire renommée, avec ses plages idylliques.

Bum intéractif