Touriste ou voyageur? Cinq comportements pour les reconnaitre

    Tout le monde ne voyage pas de la même façon, ni pour les mêmes raisons. C'est pourquoi, on peut facilement distinguer parmi tous ceux qui partent en voyage deux catégories distinctes: les touristes et les voyageurs.

    Deux états d'esprit très différents, deux façons d'aborder le voyage et de le vivre. Amusons-nous donc à observer les différences majeurs qui existent entre ces deux profils sachant que l'on va volontairement grossir le trait et que l'on peut tous évidemment être un jour touriste et un autre voyageur...

    En groupe vs en solo 

    Le touriste n'a absolument rien contre les voyages de groupe. Il est en effet tout aussi à l'aise dans un hôtel tout inclus avec des centaines de chambres en haute saison que sur un énorme paquebot où 5 000 croisiéristes se croisent tous les jours sur le pont. Plus on est de fous... plus le voyage est l'fun!

    Le voyageur en revanche rechigne plutôt à se mélanger avec d'autres touristes quand il voyage. Il préfère de loin rester à l'écart des groupes et optera beaucoup plus pour un mode de voyage en solo, en couple, ou en famille. Il choisira de préférence une auberge avec quelques chambres, souvent toutes différentes, plutôt qu'un énorme resort dont toutes les chambres sont identiques. 

    Selfies vs regarder 

    Le touriste moderne a une obsession : se prendre en photo partout où il va et partager ça sur les réseaux sociaux. Nous sommes dans l'ère du selfie et un touriste digne de ce nom se doit de faire un selfie devant tous les monuments qu'il croise. Le touriste est à Paris? Il DOIT aller devant la tour Eiffel et poser devant la Vieille Dame, le bras tendu pour bien montrer qu'il était là! Une option au selfie est de faire une photo dite « illusion d'optique » et faire croire qu'on est un géant et tenant le célèbre monument par l'antenne entre son pouce et son index. Pour le touriste, peu importe la qualité de la photo, ce qui compte c'est qu'on le voie devant les sites incontournables. Et puis, si la photo est de mauvaise qualité, il mettra un joli filtre sépia, ça arrange toutes les photos, même les plus mauvaises.

    Le voyageur évitera quant à lui soigneusement de se mettre en valeur sur les photos. D'ailleurs, la plupart du temps, avant même de prendre en photo un paysage, il prendra le temps de le regarder pendant de longues minutes, de s'en imprégner, d'en profiter avec ses yeux et de jouir de la beauté devant lui. Peut-être qu'après ça, il va sortir son appareil photo professionnel, prendre le temps de choisir un angle, un sujet intéressant, de contrôler la lumière et immortaliser l'instant. Il ne jouera en revanche jamais aux géants qui font semblant de retenir la tour de Pise avec ses mains.

    Se déplacer vite vs voir le pays

    Le touriste n'aime pas les déplacements quand il voyage. C'est une perte de temps, il est là pour optimiser, rentabiliser son investissement, alors s'il a le choix, il va prendre le moyen de transport le plus rapide. Même si le village mexicain n'est qu'à 15 minutes de marche de son resort, il va s'empresser de commander un taxi. Vite, vite, vite... 

    Le voyageur n'a pas plus de temps que le touriste, mais disons qu'il prend plus son temps. Il n'hésitera pas à marcher au maximum ou à utiliser un vélo. Quant aux trajets plus longs, il évitera au maximum l'avion pour essayer d'utiliser un moyen de transport plus convivial comme un train ou un bus. Il lui arrivera aussi fréquemment de louer une moto ou une voiture, ce qui lui permettra de s'arrêter en chemin partout où il veut, histoire d'aller à la rencontre des vrais gens du pays.

    Quantité vs découverte

    On l'a dit, pour le touriste, tout est affaire de rentabilité et c'est d'autant plus vrai avec la nourriture. C'est pourquoi le concept de tout inclus est si populaire. Dans un endroit où l'on peut manger autant qu'on veut et autant de fois qu'on le souhaite dans la journée, on en a forcément pour son argent! Pour le touriste, le buffet international, c'est le paradis! Qu'il soit au Mexique, au Maroc ou dans n'importe quel pays finalement, il est en territoire ami: celui du buffet international où il peut passer sans complexe d'une pizza napolitaine à un hamburger frites en pasant par l'incontournable station des pâtes. Ce qui compte avant tout c'est la quantité. Si c'est de la nourriture locale tant mieux. 

    Le voyageur est à la recherche des saveurs locales, d'une cuisine authentique et traditionnelle. Il va privilégier au maximum les petits restaurants, la cuisine de rue, ces petits établissements tout petits, qui ne payent pas de mine de l'extérieur, mais qui sont toujours pleins et fréquentés uniquement par les locaux, souvent un gage de qualité. Le voyageur ira au marché local, se renseignera sur les produits les plus typiques, les fruits qu'il ne connait pas, ces légumes exotiques qu'il est prêt à découvrir. 

    Connexion vs déconnexion

    Une des plus grandes hantises du touriste, c'est d'être déconnecté quand il voyage. C'est pourquoi la première question qu'il pose quand il arrive quelque part (parfois même avant de dire bonjour) c'est « Vous avez Internet ici?». Sans WiFi, ses vacances n'ont aucun sens. Il faut que ses amis Facebook et ses abonnés Instagram puissent suivre en temps réel tout ce qu'il fait, tout ce qu'il voit, et tout ce qu'il mange, sinon, ça ne sert pas à grand chose d'être venu. Le touriste voyage très souvent avec tous ses appareils électroniques. Sur la plage, il a sa tablette pour répondre aux commentaires des jaloux qui sont restés au coeur de l'hiver québécois. Au bord de la piscine, son ordinateur est posé sur ses genoux, il prépare son prochain statut Facebook. Et quand il quitte le resort, son téléphone intelligent est toujours dans sa poche, il l'utilisera dès qu'il croise un bar avec WiFi, histoire d'envoyer un selfie de lui en train de prendre un mojito, la boisson préférée des touristes.

    Très fréquemment, le voyageur cherche quant à lui la DÉ-connexion. Le voyage sera l'occasion pour lui de décrocher des réseaux sociaux, des sollicitations numériques et de connecter avec d'autres choses, moins virtuelles. Il se connectera aux sensations physiques, à ce vent du matin qui lui caresse le visage, à l'odeur de la forêt qu'il traverse, après la pluie, à la beauté de ce paysage infini qu'il regardera longtemps et qu'il ne prendra peut-être même pas en photo alors qu'il a sur lui le dernier téléphone à la mode qui fait les plus belles photos au monde.

    Finalement, le vrai voyageur profite de son voyage, le touriste passe son temps à essayer de convaincre les autres qu'il profite du sien...


    Vous aimerez aussi:

    Les villes à voir en 2019     Les 10 meilleures compagnies aériennes Billets d'avion: 9 conseils pour les acheter à un miniprix
    Meknès compagnie aérienne Payer moins cher

     

    par David Nathan