Conduire en Australie: mode d'emploi

Eagle Bay en Australie (Western Australia)

S'il y a bien un pays qui est idéal pour faire un road trip, c'est bien l'Australie. Le pays est immense, et son réseau de routes est très bon, mais avant de vous lancer, il y a plusieurs choses à savoir en ce qui concerne la conduite en Australie.

Le permis de conduire

Pour pouvoir conduire en Australie, vous devrez être en possession d'un permis de conduire international et de votre permis de conduire national. Si ce n'est pas le cas, vous ne pourrez pas louer de voiture et visiter le pays en bus peut être vraiment fun, mais c'est un autre état d'esprit dirons-nous.

Visitez CAA-Québec pour savoir comment vous procurer le permis international et ne faites pas les démarches à la dernière minute si la demande se fait par la poste.

Tout le monde à gauche

Une des principales particularités de la conduite en Australie, c'est que l'on roule à gauche! Ce n'est pas une mince affaire quand on est habitué depuis toujours de conduire à droite et il faut un temps d'adaptation au début et redoubler de prudence les premières journées.

Mais pas de panique non plus, très vite on prend l'habitude et tout se passe bien avec un peu de concentration. Il faut juste changer ses habitudes. Les dépassements par exemple se font par la droite. Et vous devrez faire attention également à des choses très typiques de l'Australie : la traversée de kangourous par exemple.

Road trip entre amies

Crédit photo: Weheartit.com / @NatasjaGoo

La vitesse

Vous avez 2 chiffres à retenir en ce qui concerne la vitesse : 50 et 110. Quand vous roulez en ville, vous ne devez pas dépasser 50 km/h et quand vous êtes sur une autoroute, c'est à 110 km/h maximum que vous pourrez rouler.

Sachez qu'il existe certaines routes dans le Northern Territory où la vitesse est limitée à 130 km/h maximum. Respectez bien ces limitations car les amendes pour dépassement sont courantes en Australie et les radars sont très nombreux sur les routes.

 

Parking australie

Le stationnement

Pour stationner en ville, il faut utiliser les horodateurs. Comme au Québec, il faut bien lire les panneaux de stationnement et les comprendre avant de laisser sa voiture, ils peuvent parfois contenir beaucoup d'information.

Pour vous familiariser avec les panneaux, on vous conseille d'aller faire un tour sur ce site, qui rappelle les règles en la matières (site en Anglais).

L'alcoolémie

La règlementation en ce qui concerne l’alcool dépend de l'âge du conducteur. En effet pour un conducteur de 18 à 21 ans, la tolérance est de 0 alors que pour ceux qui ont plus de 21 ans, la limite légale se situe à 0,5 g/l de sang. 

La loi est très stricte en ce qui concerne l'ivresse au volant, donc ne prenez aucun risque et si vous buvez, ne conduisez pas!

 

Une photo publiée par Sonn🎧off (@sonofff) le

Les contraventions

Si vous ne respectez pas la loi australienne en ce qui concerne la conduite, cela pourra vous coûter cher. La facture pourra êtres salée, que ce soit pour une conduite en état d'ivresse ou pour des dépassements de vitesse:

  • Entre 1 et 10 km/h de plus, 2 points en moins: 150 $ d’amende
  • Entre 10 et 20 km/h, 3 points en moins: 330 $ d’amende
  • Entre 20 et 30 km/h, 5 points en moins: 670 $ d’amende
  • Entre 30 et 45 km/h, 7 points en moins: 800 $ d’amende
  • Supérieur a 45 km/h, 9 points en moins: 900 $ d’amende

La suspension d'un permis intervient après avoir perdu 12 points cumulés ou plus. Vous risquez également une suspension de permis immédiate dans le cas d'une perte de 6 points en une seule infraction.

Chaque État possède sa propre réglementation, alors renseignez-vous en fonction de là où vous irez. Et si vous voulez vous lancer dans un road trip, voici quelques conseils.

Sources: Roads & Maritime / Travel Wheels

VV_AustralieGP_Articles

MosaicElement in "wideSlot" slot has not been implemented.

Sur le même sujet

  • Un Français retrouve une bouteille à la mer lancée par un pêcheur de crabes au Canada

    Qui n'a pas rêvé un jour de se promener sur une plage et de tomber par hasard sur une bouteille contenant un message envoyé par un mystérieux expéditeur à l'autre bout du monde? Pour Olivier Tisserand, un photographe français venu passer quelques jours de vacances sur le Territoire de Belfort, ce rêve est devenu une réalité! Shutterstock  Alors qu'il se promenait sur la plage de Kerrest, à Plozévet dans le département du Finistère (Bretagne), le regard du photographe s'est posé sur une bouteille coincée entre les galets et les roches, rapporte le journal hexagonal Le Télégramme. D'un réflexe professionnel, Olivier a commencé par prendre plusieurs clichés de la bouteille avant de la ramasser : « Elle était recouverte de petites algues jaunes. Quand je l’ai soulevée, j’ai vu qu’il y avait quelque chose à l’intérieur », rapporte le journal breton. Du genre patient, le photographe n'a pas ouvert immédiatement la bouteille, mais a plutôt attendu sagement d'être au sec chez ses beaux-parents pour le faire. Une fois le morceau de ruban adhésif entourant le bouchon retiré, la bouteille de rhum fut ouverte : « Il y avait de l’eau à l’intérieur, mais le message était glissé dans une pochette en plastique hermétique », continue Olivier Tisserand. Une fois le message déplié, le jeune homme a pris connaissance de l'expéditeur : un certain Craig Drover, un pêcheur de crabes des neiges de Terre-Neuve, au Canada.  C'est une très belle et longue traversée qu'a eu le droit la bouteille de rhum, puisque le pêcheur l'a jetée à la mer depuis son bateau, l’Artic Eagle, le 14 mai 2018. Au total, l'objet de verre aura parcouru 4000 km en 15 mois.  Laurence Prime Le journal rapporte que c’est au moins la troisième bouteille découverte sur la commune depuis 2013. L’une venait également de Terre-Neuve, l’autre de la Jamaïque. Quant au pêcheur canadien, il semblerait qu'il soit un habitué des bouteilles à la mer. Selon le magazine de Saint-Jean de Terre-Neuve, Downhome, il aurait en effet jeté sa première bouteille en 2006. Pas moins de 65 de ses missives maritimes ont déjà été retrouvées en France, en Irlande, au Pays de Galles, ou encore aux Bahamas. La collection de réponses que Craig Drover a reçues s'agrandira bientôt avec celle d'Olivier Tisserand, qui a tenté de lui répondre par Facebook, une autre forme de bouteille à la mer, un peu plus virtuelle par contre... Source : Le Télégramme

  • Conseils pour voyager sans crainte quand on a des allergies

    Avoir des allergies complique évidemment la vie des voyageurs qui sont concernés. Décoder les étiquettes des produits est déjà compliqué, et ça l'est encore plus quand les ingrédients sont dans une langue étrangère... Si les allergies sont des contraintes, on peut néanmoins s'en accommoder en étant prévoyant et en anticipant les choses. Voici nos conseils et astuces pour voyager quand on a des allergies. Shutterstock Se renseigner avant le voyage À moins que vous décidiez de faire un voyage à l'improviste, la plupart du temps, on sait où on va être hébergé, quelle compagnie aérienne ou de train on va emprunter, dans quel tout-inclus on va séjourner, etc. Il est donc très facile de contacter les chaînes hôtelières et les transporteurs pour se renseigner sur les normes pratiquées en matière de gestion des allergies. Si vous faites un long séjour dans un établissement hôtelier, cela peut devenir un critère très important au moment de faire votre choix. Voici quelques façons de vous informer : Consulter les forums de discussions sur les allergies alimentaires. Contacter directement les établissements pour leur demander des détails et leur poser toutes les questions qui vous préoccupent. Demander aux voyageurs qui ont fréquenté les mêmes endroits comment était leur expérience. Demander des conseils à son agent de voyage. Shutterstock Informer son agent de voyage Beaucoup de voyageurs passent par un agent de voyage quand vient le temps de planifier leurs prochaines vacances. Si vous avez des allergies alimentaires, communiquez-lui le maximum d'informations pour qu'il puisse faire une planification optimisée par rapport à cette contrainte d'allergie, et ainsi faire des propositions ciblées en conséquence. Un bon agent connaitra les chaînes hôtelières qui pourront prendre en considération les restrictions alimentaires, et si ce n'est pas le cas, il pourra contacter directement les établissements et se renseigner auprès d'eux. Shutterstock Choisir les chaînes en fonction de leurs offres Il existe certaines chaînes hôtelières qui proposent des solutions pour les gens souffrant d'allergies alimentaires. Par exemple, le Grand Palladium Hotels & Resorts possède un programme de menus diététiques conçus spécialement en fonction des allergies aux noix, des allergies aux produits laitiers et des intolérances au lactose. On y trouve également des plats sans gluten. C'est à vous de faire les recherches nécessaires pour trouver les établissements les mieux adaptés. Selon le site allergies-alimentaires.org, les établissements du groupe Disney, les hôtels et les restaurants des parcs sont très attentifs aux allergies et proposent des menus adaptés aux allergies alimentaires. Il ne vous suffit que de mentionner vos allergies au serveur lors de votre arrivée au restaurant. Shutterstock Une question de langue Être capable de lire les ingrédients de ce qu'on consomme est primordial pour les gens allergiques. Or, la langue peut être une véritable barrière en voyage. Heureusement, il existe des applications comme Allergy Translations qui permettent d'avoir dans son téléphone tous les mots utiles à traduire. Par ailleurs, le site Allergobox.com propose des fiches en anglais, en espagnol et dans beaucoup d'autres langues sur les ingrédients les plus courants. Imprimez-les et gardez-les à portée de main, ça servira au moment d'acheter des produits à l'épicerie ou au restaurant. Vous pouvez également faire un travail personnel de traduction en amont en fonction de vos allergies et du pays visité. L'idéal est d'apprendre par coeur cette liste de mots traduits pour ne jamais vous trouver au dépourvu. Apporter de la nourriture maison Le mieux pour contrôler ce qu'on mange est d'apporter avec soi sa propre nourriture, si possible. Ce n'est malheureusement pas toujours possible et en fonction des pays, les produits acceptés ou interdits varient. Il est donc conseillé de se renseigner sur la page internet des douanes du pays en question pour connaitre les produits qui seront acceptés à la frontière. Shutterstock Informez les gens Quand vous êtes en voyage, il y a plusieurs réflexes à développer. Par exemple, vous pouvez informer le personnel de l'avion de vos allergies. Vous pouvez aussi informer les passagers à côté de vous. Ensuite, il faudra être très prudent et penser à inspecter, nettoyer votre siège ou la tablette devant vous. N'hésitez pas à demander deux fois plutôt qu'une si tel aliment contient la subtance à éviter. Dans la précipitation, il peut arriver que le personnel n'ait pas été attentif à votre demande. Mieux vaut être prudent, quitte à se répéter. Toujours apporter avec soi son auto-injecteur (EpiPen) Si vous courez le risque d'une réaction allergique grave qui nécessiterait une injection de type EpiPen (épinéphrine), assurez-vous toujours de l'avoir avec vous. Mettez-le en haut de votre liste de contrôle. Au besoin, vous pouvez prévenir le personnel, l'équipage et vos voisins de l'endroit où se trouve cet objet, au cas où vous en auriez besoin, mais ne soyez pas en mesure de pratiquer l'injection vous-même. Shutterstock Les assurances Dernier conseil : par prudence, pensez à prendre une bonne assurance-voyage. Et n'oubliez pas de déclarer vos allergies, car si vous ne le faites pas et qu'il y a un problème, vous ne serez tout simplement pas remboursé. Source : allergies-alimentaires.org

  • 11 trucs pour augmenter ses chances d'être surclassé à l'hôtel

    Tout comme on peut avoir droit à un surclassement en avion, il est possible d'obtenir une meilleure chambre quand on va à l'hôtel. Voici 11 astuces pour y parvenir. Réserver pour plusieurs couples Il arrive parfois que plusieurs couples d'amis réservent chacun une chambre dans le même hôtel. Il n'est pas impossible, selon la disponibilité, que ces 2, 3 ou 4 couples se voient proposer une suite ou une villa avec plusieurs chambres. Bon, il est certain qu'il faut simplement s'assurer que tout le monde soit d'accord avec le fait de partager les lieux communs. Le surclassement ou l'intimité, il faut choisir. Se plaindre de sa chambre Si vous avez une raison valable de vous plaindre de votre chambre (malpropreté, dysfonctionnement des appareils, voisins trop bruyants, etc.) il ne faut surtout pas hésiter à le faire. Pas la peine de faire une crise et de monter sur vos grands chevaux, restez poli, courtois et énumérez tout ce qui ne vous satisfait pas. Le personnel de l'hôtel devrait arranger ce qui ne va pas. Au mieux, ils vous donneront une autre chambre et parfois, une meilleure chambre. Réserver avec un conseiller de voyage Certains clients réservent leur chambre en faisant appel à des réseaux comme Dorchester Diamond Club, qui proposent des chambres haut de gamme dans tous les hôtels de la chaine Dorchester. Être membre de ce genre de réseau coûte certes plus cher que de réserver traditionnellement, mais cela assure de se faire surclasser quand c'est possible. Il existe aussi des conseillers de voyage de luxe comme Virtuoso, qui ont un portefeuille de 2 000 hôtels, compagnies de croisières et voyagistes. Il est possible d'obtenir en passant par eux des petits-déjeuners gratuits, des crédits spa et des surclassements. Mais vous pouvez aussi réserver via un conseiller de voyage qui ne soit pas « de luxe » et tout de même obtenir un surclassement! Ce sont des professionnels qui ont un contact et une relation privilégiée avec les hôtels. Une occasion spéciale Au moment de faire votre réservation, rien ne vous empêche de mentionner que vous réservez pour une occasion spéciale, comme un anniversaire de mariage ou une lune de miel par exemple. La personne qui prend la réservation peut laisser une note dans le dossier et vous pourriez avoir une bonne surprise le jour de prendre votre chambre! Les nouveaux hôtels Les établissements qui viennent d'ouvrir leurs portes ne sont pas toujours pleins; ils cherchent à bâtir eur clientèle, à faire fonctionner le bouche-à-oreille dans le bon sens et sont donc plus enclins que la moyenne à offrir un surclassement. Ils espèrent ainsi que vous serez susceptible d'y retourner, mais aussi de parler d'eux positivement autour de vous. La basse saison Si vous réservez une chambre en basse saison, vos chances d'avoir un surclassement sont beaucoup plus fortes que pendant la haute saison ou les weekends. Il n'y a aucune garantie bien sûr, mais les probabilités sont plus fortes. Ne pas prendre la chambre la moins chère Si vous réservez la chambre la moins dispendieuse, il y a peu de chance que vous vous fassiez surclasser. En revanche, en prenant des chambres plus chères, vos chances augmentent. Que voulez-vous, on ne prête qu'aux riches... Le bon timing Parfois, obtenir un surclassement est l'illustration de l'expression « être là au bon endroit, au bon moment ». En réservant après 18h, par exemple, les employés ont une meilleure idée de quelle chambre est libre ou pas, bien plus qu'à 15h. Être souriant et gentil C'est sûrement « l'arme » la plus efficace pour être surclassé. Souriez, soyez gentil, ayez une bonne attitude, ça peut marcher! Être un client régulier Il est certain que si vous allez au même hôtel 8 ou 10 fois par an, il y a des chances que votre fidélité soit un jour récompensée par un surclassement. N'hésitez pas à dire aussi dès votre première fois que vous comptez revenir, ça peut influencer la personne à la réservation. Demander, tout simplement Cela peut paraître trop beau pour être vrai, mais il arrive qu'on soit surclassé simplement parce qu'on demande si, à tout hasard, il n'y aurait pas une chambre plus grande de disponible. Si l'hôtel n'est pas plein, ça peut marcher. En tout cas, ça ne vous coûte rien d'essayer!