Les animaux profitent du confinement des humains pour reprendre leur place dans la nature

Animaux reprennent place

Facebook @marco.contessa/Twitter @robequain

Annie Dubé
par Annie Dubé

Mise à jour (25 mars 2020)

Alors que la planète s'est émue devant les images des eaux de Venise plus claires qui laissaient apparaître les poissons et le retour des cygnes, il semblerait que ce soit malheureusement une fausse nouvelle selon le National Geographic. Bouhou! Par contre, les dauphins ont bien été vus dans la région de la Sardaigne et les oiseaux de Paris continuent de voler dans le ciel en émerveillant les habitants de la ville qui leur portent finalement attention. Comme quoi un peu d'espoir peut demeurer dans nos coeurs. ;)

 

Pendant que les humains autour du monde emboîtent le pas vers des mesures de confinement inusitées, la nature continue de faire ce qu'elle a à faire. En effet, les animaux de diverses régions touchées commencent à se réapproprier le territoire pendant que les humains restent à l'intérieur.

Alors que depuis les dernières années l'urgence climatique et environnementale sonne à nos portes, les plus climatosceptiques d'entre nous en prennent pour leur rhume (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) en voyant comment quelques semaines de ralentissement de l'activité humaine causée par la pandémie du coronavirus COVID-19 fait une différence majeure dans l'amélioration de qualité de l'eau et de l'air de nos environnements de vie

Voici les impacts positifs du confinement obligatoire dû à la pandémie de la COVID-19 sur le monde animal.

Les dauphins de Sardaigne profitent de l'accalmie pour se réapproprier le territoire

Après plusieurs semaines de confinement, les Italiens ne sont pas au bout de leur peine. Les dauphins, pour leur part, se réjouissent de cette période de grand calme sur les eaux de Cagliari en Sardaigne, afin de se réapproprier le territoire maintenant qu'ils en ont l'occasion.

Comme quoi ces mammifères sont pleinement conscients de notre présence envahissante, et que quand l'humain dort, les dauphins dansent. 

Je ne parle pas le langage dauphinois, mais je suis prête à parier qu'ils adorent explorer des endroits où ils n'osaient plus aller à cause de toute l'activité humaine. Mais bon, seuls eux le savent vraiment...

dauphins sardaigne

Youtube

 

Pour tout lire sur la COVID-19, c'est ici.

 

Les Parisiens s'émerveillent en prenant conscience que les oiseaux existent

Ces jours-ci, les habitants de Paris s'étonnent soudainement de voir le grand retour des oiseaux dans le ciel et sur le bord de fenêtre. En vérité, ils n'avaient jamais vraiment disparu, mais l'absence de pollution sonore depuis que les humains ne déambulent plus en masse dans les rues fait en sorte qu'on peut enfin entendre leur chant!

On note aussi que les Parisiens n'ont pas vraiment le choix de prendre conscience de leur environnement immédiat alors qu'ils sont confinés, et ils se rendent compte que ces scènes magnifiques qui les émeuvent actuellement se trouvaient sous leur nez tout ce temps, mais qu'ils avaient oublié de s'arrêter pour leur porter attention.

Voici quelques quelques témoignages de Français emballés. #CarpeDiem

La musique dans le ciel de Paris

Les oiseaux printaniers font leurs nids contre les immeubles  

Les canards font du lèche-vitrine

Les poules viennent dire coucou

Parions que la passion de nombreux ornithologues amateurs est en pleine éclosion!

Il va sans dire que nous risquons de voir de plus en plus de scènes du genre dans nos milieux urbains au fil des semaines qui viendront.

Et n'oublions pas que les animaux domestiques semblent eux aussi bien heureux de passer plus de temps avec leurs humains préférés à la maison!

Psst! : Cette baisse d'activité aurait aussi de nombreux bénéfices pour les humains malgré la situation difficile. Selon Marshall Burke, spécialiste en qualité de l'air, le ralentissement des activités humaines sauvera plus de vies humaines d'une mort prématurée grâce à l'amélioration de la qualité de l'air. Selon le spécialiste, en Chine seulement, grâce à la réduction des émissions toxiques, la vie de 4000 enfants de moins de 5 ans et de 73 000 adultes de plus de 70 ans sera épargnée. 

Cela dit, en rien il ne faut se réjouir de la pandémie, qui cause un risque réel à la santé publique autour du monde. 

En espérant que nous pourrons retenir certaines leçons lorsque nous nous releverons de cette crise. 

Annie Dubé par Annie Dubé