L'Ontario comme vous ne l’avez jamais vu : parc national de la Péninsule-Bruce et baie Géorgienne

Péninsule de Bruce Ontario

Sarah-Émilie Nault

Sarah-Émilie Nault
par Sarah-Émilie Nault

Eaux turquoise et limpides, plages de sable, de pierres et de galets immaculés, forêts boréales abritant faune et flore exceptionnelles, îles retirées aux allures de bout du monde, grottes datant de l’ère glaciaire et masses calcaires sculptées par les vagues : l’Ontario comme on n’aurait jamais osé l’imaginer révèle, au-delà de ses grands lacs, des splendeurs insoupçonnées.

Bruce-peninsula

Il semble qu’il m’aura fallu une pandémie et des limitations bien strictes de voyage pour me décider à partir à la découverte de l’Ontario. Une partie du Canada dont je ne connaissais que la capitale et que je n’aurais jamais, je l’avoue, imaginé choisir comme destination de vacances en plein air.  

Parce qu’une amie m’avait déjà vanté les eaux azur de cette improbable péninsule Bruce et parce qu’il est désormais permis aux Québécois de voyager dans cette partie de l’Ontario, j’ai embarqué deux amis voyageurs dans cet impromptu road trip de 9 heures (depuis Montréal) menant aux confins des lacs Huron, Ontario et la baie Géorgienne.

Parc-national-de-la-peninsule-de-Bruce

Parc-national-de-la-peninsule-de-Bruce

Parc-national-de-la-peninsule-de-Bruce

Notre camp de base? Le petit village de Tobermory planté à l’extrémité de la péninsule et parfaitement situé à deux pas du parc marin national Fathom Five, Indian Head Cove et du fameux parc national de la Péninsule-Bruce. Un lieu tout joli avec son port de plaisance, ses petites boutiques, sa microbrasserie, ses sentiers pédestres et ses quelques terrasses donnant sur les eaux claires du lac Huron et de la baie Géorgienne.   

Si au jour 1 nous avons opté pour emprunter une partie de la Bruce Trail, c’est que nous avions lu sur cet épique sentier de longue randonnée qui suit l’impressionnant escarpement du Niagara (et dont le « vrai » départ se trouve aux célèbres chutes, à 900 km de là). Parce que nous sommes fans de rando aussi, évidemment, et parce que nous savions que les jours suivants seraient composés de longs moments à nager et à simplement admirer les paysages aux allures de caraïbes voisins.

Bruce-trail

Le long du sentier en boucle que nous avons emprunté dans le parc marin national Fathom Five, nous n'avons croisé aucun massasauga heureusement (car oui, l’Ontario est l’hôte de ce type de serpent à sonnettes venimeux et menacé), mais plutôt de nombreux impressionnants points de vue sur les fameuses eaux turquoise.

parc-marin-national-fathom-five

Après un arrêt photo et trempette frisquette à la plage de galets blancs de Little Cove, nous avons pris la route vers Indian Head Cove abritant la célèbre Grotto, attraction incontournable du parc national de la Péninsule-Bruce.

Cernée d’eaux turquoise, elle se trouve à une vingtaine de minutes de marche (*il faut impérativement se procurer un permis de stationnement en ligne au préalable, surtout en temps de COVID-19). Et s’il est difficile de se rendre nager dans les eaux de son centre étroit et agité, les calmes alentours se font tout aussi spectaculaires.  

Little Cove

La Grotto

Le jour suivant est venu avec ma plus belle surprise du voyage : la découverte de la Flowerpot Island (l’île pot-de-fleur) où on se rend en une trentaine de minutes de traversier au départ du port de Tobermory - *ici aussi, on s’assure de réserver tôt.

marina-Tobermory

Quai-tobermory

Sur cette île paradisiaque, un sentier de randonnée offre divers points de vue et des arrêts sur les plages de roches, les eaux émeraude du lac Huron et les fameux piliers rocheux aux formes inusitées. Un petit et un gros « pot de fleurs » qui m’ont personnellement rappelé de beaux paysages admirés en Thaïlande.

En temps pré-COVID, nous aurions aussi pu faire un arrêt pour admirer les épaves des bateaux échoués au creux du lac depuis la cale de verre du traversier.

flowerpot-island

flowerpot-island

flowerpot-island

flowerpot-island

Sur le chemin du retour, ce ne sont pas les plages et les promenades qui manquaient en longeant la péninsule vers le sud : Singing Sands, Sauble Beach, Southampton, Grand Bend… Nous avons toutefois choisi de traverser du côté de la baie Géorgienne et du parc national des Îles-de-la-Baie-Géorgienne afin de profiter de l’eau beaucoup plus chaude de Wasaga Beach.

Coucher de soleil sur l'eau Ontario

Dernier arrêt plein air : la visite des Scenic Caves nous a permis de descendre à l’intérieur de grottes de pierres calcaires sculptées par le mouvement des glaciers il y a des millions d’années et de faire une petite randonnée menant à un pont suspendu de 420 pieds.

scenic-caves

scenic-caves

De là, le point de vue sur les forêts luxuriantes, la baie Georgienne et Blue Mountain tout près valait à lui seul le détour!

À noter que le parcours d’aventure en forêt et de tyrolienne est par contre fermé jusqu’à nouvel ordre, pandémie oblige.

point-de-vue-pont-suspendu

Voyager en Ontario à l’ère de la COVID-19

Si nous avons choisi l’Ontario comme première destination voyage post-pandémie, c’est qu’il est désormais possible pour les Québécois de se rendre dans cette partie de l’Ontario. C’est aussi parce que les principales attractions du parc national de la Péninsule-Bruce reprenaient du service le 29 juin dernier.

J’ai d’ailleurs été agréablement surprise de voir que les Ontariens prennent les recommandations de la santé publique très au sérieux. Vous pensez vous rendre en Ontario cet été? Apportez vos masques avec vous, car ils sont exigés pour entrer dans la majorité des commerces et des moyens de transport où la distanciation sociale est difficile. Préparez-vous aussi à vous désinfecter les mains souvent, à voir des serveurs et autres employés masqués et porter même parfois des t-shirts rappelant le deux mètres de distanciation sociale.

Ce road trip improvisé à en grande partie été planifié sur la route, le nez plongé dans le Guide Ulysse Ontario. Infiniment utile! 

L’entrée dans les lieux de Parcs Canada est désormais gratuite pour les jeunes de 17 ans et moins.

Pour en savoir plus sur l’Ontario et suivre les mises à jour concernant le coronavirus, on visite le site touristique officiel de l'Ontario.

Crédit photos : Sarah-Émilie Nault

Sarah-Émilie Nault
par Sarah-Émilie Nault